Calendrier de collecte pour l’année 2017

 

Etude pour l’aménagement et la gestion des cours d’eau

Etude pour l’aménagement et la gestion des cours d’eau
du bassin versant du ru de Retz, Prospections de terrain.

Le Syndicat Intercommunal pour l’aménagement du ru de Retz compte entreprendre une démarche de gestion intégrée des cours d’eau du bassin du ru de Retz au travers d’une approche fonctionnelle. Pour cela il vient de lancer une étude globale afin de connaître et comprendre le fonctionnement actuel de son patrimoine aquatique.

Lire la suite »

Permanences Habitat et Energie

Vous avez un projet d’amélioration de l’habitat ? Vous voulez faire des économies d’énergie ?

Venez-vous renseigner !

Lire la suite »

Assainissement

Pourquoi utiliser un système d’assainissement ?

Pour protéger la santé de l’homme en évitant la propagation de germes pathogènes (qui provoquent des maladies : Dysenterie, Typhoïde, etc.), de microbes, de parasites, par une collecte et une évacuation rapide de l’habitat.
Pour sauvegarder la qualité du milieu naturel et en particulier celle de l’eau par une épuration avant rejet.
Le code de la santé publique rend obligatoire pour les immeubles non raccordés à un réseau collectif, la mise en place d’un système d’assainissement autonome.
La loi sur l’eau du 3 janvier 1992 reconnaît l’assainissement non collectif comme une solution à part entière et pour ce faire confie des compétences et des obligations nouvelles aux communes.
Les arrêtés d’application du 6 mai 1996 définissent les prescriptions techniques relatives aux ouvrages d’assainissement non collectif ainsi que les modalités de mise ne œuvre du contrôle.

L’ensemble « fosse toutes eaux / épandage » :

eaux

 

 

L’installation autonome la plus simple, quand le sol le permet.

La Fosse septique toutes eaux :

Appareil destiné à la collecte et au pré traitement des eaux usées :

  • eaux ménagères (éviers, lavabos, douches, baignoires, machines à laver),
  • eaux vannes (WC).

Les matières solides s’y désagrègent et s’y liquéfient en partie grâce à une fermentation anaérobie.
Le liquide s’évacue de la fosse tandis que les éléments les plus lourds, non dégradés, s’accumulent dans le fond. C’est pourquoi elle doit être vidangée tous les deux ou trois ans.

 

l’Epandage :

Il assure l’épuration et l’évacuation.
A la sortie de la fosse, les eaux usées sont « clarifiées » mais elles sont encore chargées de virus, de bactéries, de parasites…

 

L’épurateur, c’est le sol :

Il s’y développe naturellement des bactéries épuratrices, L’air, à faible profondeur, s’y renouvelle rapidement, enfin il retient les germes pathogènes qui y dépérissent.
Chaque fois que la nature du sol le permet, c’est l’épandage en sol naturel qui sera choisi là où le sol est en général le plus perméable (pour l’évacuation) et où l’air circule le mieux (pour assainir l’eau).

 

La demande d’installation d’un système d’assainissement autonome :

Elle doit être remplie par toute personne créant ou modifiant ce type d’installation, elle est à déposer en mairie du lieu d’installation.

Les obligations de la commune et des particuliers :

  • un « schéma communal d’assainissement« , avec carte, existe depuis 2005. Ceci dans le même esprit que le zonage des Plans d’occupation des Sols (il a été soumis à enquête publique, dans le cas de la commune, aucune solution collective n’est prévue).
  • Une étude à la parcelle a commencé en avril 2006 pour faire le point de l’existant dans chaque propriété des installations existantes et proposer des solutions de remises au normes en autonome individuel (fosse septique, épandage, et toutes combinaisons aux normes) quand c’est nécessaire.
  • prendre en charge :
    • les dépenses relatives aux systèmes d’assainissement collectif
    • les dépenses de contrôle des systèmes d’assainissement non collectif les communes engageant leur responsabilité (ceci impose de manière implicite la mise en conformité des installations autonomes
      d’assainissement avec un financement complémentaire qui pourra faire appel à des subventions de l’agence de l’eau et du conseil général).

Pour des informations complémentaires : le SPANC (Service Public d’Assainissement Non Collectif) sur le site de la ccpva.

Haies pour jardins

Petit guide des arbres et haies champêtresCertains végétaux persistants (Thuyas, Cupressus, lauriers-palme, …) sont parfois une des solutions pour préserver l’intimité mais leur vigueur (si on le laisse faire un thuya devient un arbre de 30 mètres de hauteur) devient souvent une grosse contrainte de temps et de fatigue pour la taille. Leur aspect monotone ne met pas vraiment en valeur votre construction.

Beaucoup nous envient le charme de notre village… Que pouvons nous faire pour le préserver et l’enrichir, pour préserver ce cadre varié qui est pour une part dans le choix d’habiter ici ?

Rechercher les solutions qui concilient la variétés des espèces (en privilégiant celles qui sont adaptées à la région), la perméabilité du paysage qui met en valeur le patrimoine bâti sans remettre en cause une certaine intimité quand elle est souhaitée.

Pour un coût raisonnable on peut créer des haies de forme diverses (haies libres, taillées, brise-vent) esthétiques toute l’année et se travaillant plus facilement car on peut les rabattre sans dommage.

Pour vous aider à vous faire une idée: « Le petit guide des arbres et haies champêtres », 20 pages d’idées et de conseils pratiques. On trouve dans les magasins spécialisés pas mal d’autres publications pouvant apporter d’autres idées.

haie

 

Attention aux distances légales de plantation…

distances-legalesCe sont des distances minimales qui deviennent rapidement insuffisantes quand les espèces sont vigoureuses. Avant de planter, observez autour de vous… Vous constaterez souvent que les plantations ont besoin d’une marge supplémentaire par rapport à ces distances pour éviter que la taille de mise en conformité ne devienne une contrainte permanente.